top of page
  • Photo du rédacteurEpic Ride

Chamonix-Zermatt : Haute Route en vélo de montagne

Cet itinéraire m'a longtemps fasciné mais toujours apeuré, par l'entreprise qu'il représente. Je me suis finalement lancé en automne 2018. Retranscription de mes impressions de mon "journal de bord"... Malheureusement peu de photos et de mauvaises qualités.



Etape 1 = introduction au vélo de montagne

Pour cette première superbe première journée je suis accompagné par mon ami Ben.

Départ de Chamonix sous un soleil radieux avec ces panoramas toujours aussi grandioses, on ne peut pas s’en lasser !

Le but de la journée est de rejoindre Martigny en passant par les plus beaux sentiers, et ce fut plutôt réussi !

Nous attaquons par le balcon Nord qui est un régal à vtt pour rejoindre Le Tour ! Nous profitons du paysage grandiose au col de Balme en récompense de la rude montée sur piste. S’ensuit un super single depuis le col, et même bien raide pour descendre sur Trient (avec une petite chute et un levier de frein tordu...)


Une fois en bas la deuxième difficulté se dresse devant nous : le portage pour l'Arpille. Vient alors la descente : belles portions super agréables mais faut aimer porter, traverser des passages avec chaines... tous les ingrédients du vélo de montagne !

Une fois la descente de crête effectuée et avoir rejoint le versant SE on a fait chauffer les freins pour rejoindre Martigny!


Etape 2 = les bisses valaisans

C'est parti pour la suite en solo

Bien fatigué depuis un moment, je décide de tricher un peu avec les transports publics jusqu'à Verbier. Ce n'est pas cette fois ci que je roulerais au pied de la Pierre Avoi...

La descente du Vallon d'Arby est jolie, il me faut un peu de temps pour ré-adapter mon pilotage au vélo chargé...

La suite sur le bisse est vraiment agréable: alternant technique et roulant. Petite crevaison arrière sur le flanc, juste au bord de la jante... la m**** à réparer !

L'idée de passer par Siviez et le bisse de Chervé n'est pas la meilleure ...ce n’est pas roulant entre la nature du sentier chaotique et portage/poussage dans les nombreuses zones de glissements de terrain, j’y laisse quelques cartouches d’énergie.



Une fois atteint le sommet des remontées mécaniques de Veysonnaz, il reste un dernier portage (<200m) pour atteindre le Mont Rouge et descendre un joli single pour bivouaquer

Bien fatigué quand même de cette étape mais heureux


Etape 3 = un aperçu du Grand Raid et le dilemme

Après une bonne nuit réparatrice, je suis fin motivé, et il faut car il y a un peu de D+ à avaler aujourd'hui...

La première descente des Essertes est un régal. Mise en route sur piste un tout petit bout (attention aux fils de clôtures non signalés !!!!) Ensuite on bifurque sur un single herbeux puis forestier assez joueur appréciable mais il me faut un peu de temps pour réveiller quand même

La montée de Mandelon est horrible, longue et goudronnée, cerveau off et zaï ! On est largement récompensé, le single en balcon puis la descente par Vernec est une tuerie !!! Un enchaînement de flow trails et parties techniques, un régal qui met le sourire jusque derrière les oreilles !

Après un petit ravitaillement à Evolène, ne me sentant pas tout frais, j'opte pour le pas de Lona qui est plus bas que le col de Torrent pour basculer dans le val d'Anniviers : mauvais calcul ! Je ferai davantage de km et de D+ car le sentier visé en balcon est interdit au vélo... mais pas grave, le flow trail descendant du Grand raid est vraiment grisant !



Après l'interminable montée de l'A vieille, le portage du Pas est lui aussi long (400m) mais la vue est superbe une fois en haut et le single pour rejoindre les lacs permet de rouler à pleine vitesse !

Les lacs sont magnifiques, la fin de journée s'annonce…

Sauf que intérieurement un dialogue s’anime :

"- Alors 2600m d'altitude, il va faire froid, déjà qu'hier à 2300 la tente était givrée...

- oui mais les jambes sont fatiguées, économisons les pour demain ! Et en plus c'est magnifique comme endroit : des belles places planes pour bivouaquer, de l'eau...

- oui mais basculer le collet c’est 100m de plus et dormir un peu plus bas, pour mieux dormir, c'est aussi penser à demain ! "

Et blablabla....

Je cesse de tergiverser et je tente Moiry !

Finalement ça fera 150m de D+ de plus, la descente pas top (majoritairement de la piste malgré raccourcis) et surtout ce sera un superbe bivouac aussi, vue imprenable sur un de mes projets à ski : la fameuse pente N de Mourty !


Etape 4 = du très bon et du moins bon

Réveil encore bien frais ce matin.

Pour me mettre en route j’attaque par la descente sur le lac: incroyable ! Le chemin est en épingles et très roulant le top du top !

Le vallon de Moiry (sous le barrage) est très agréable malgré quelques optimisations de direction encore possible : rive droite ? rive gauche ?

Ça continue avec la descente sur Grimentz (final de la course du grand raid) : le chemin est sympathique, mais largement moins bien que la suite pour rejoindre Mission, un single tortueux et assez lisse, le régal ! J'en oublie que je ne sens plus mes pieds avec ce froid.

Pour atteindre le Turtmantal, j'opte pour la montée par la route pour rejoindre Chandolin, mon esprit d'explorateur en a pris un coup avec les variantes des chemins en balcons inroulables ! surtout chargé… La montée se termine par un joli single final pour rejoindre le Pas de l'Ilsee avec une superbe vue Par contre la descente, gloups... le semi rigide chargé ça ne passe pas...

Encore un portage de 200m pour atteindre LA descente tant attendue et redoutée à la fois ! Le haut jusqu'au lac c'est très joli : des lacets pas trop raides mais un peu technique et la vue est très jolie

La suite a fait appel à toute ma concentration et mes forces : c'est raide (voire très raide), des épingles dans tous les sens, ça tabasse fort, c'est exposé par endroit... frissons garantis ! les freins ont surchauffé ! J'ai regretté de ne pas avoir eu un "gros" vélo pour savourer comme il se doit ce type de dégringolade de 1000m de dénivelé...



Une fois arrivé aux mayens, erreur : je suis descendu trop bas... Je regarde la carte et le GPS, ils ne concordent pas... Quelques montées/descentes plus tard, je trouve la traversée en balcon... rebelotte ! C’est à nouveau une section de poussage/portage sur quasi toute la traversée parfois bien expo... dire qu'une route descendait et remontait gentiment à Oberems, tout ça pour faire du VTT !

Le mental commence à en prendre un coup...mais ce coup ci que je suis ici (dépassé le point de bivouac possible de Marëtschialpu) je dois continuer surtout qu'il n'est que 13h...

La suite est imprécise : les infos glanés sur le web passent par le bisse d'Ergisch alors je tente ! Et vlan, à nouveau inroulable quasi tout du long entre clôtures au début puis parties trop raides, arbres en travers... je jette l'éponge, regarde la carte : demi tour direction Unterems avec à la prime une jolie descente en single rapide et joueur et ... une remontée sur le goudron pour Ergisch en plein cagnat, dur.

Toujours pas de place bivouac, un nouvel itinéraire est concocté sur le moment puisque je suis loin de mon tracé prévu, je tente une traversée à plus faible altitude entre Ergisch et Eischoll et ... bingo ! un single de folie pour me réconcilier avec le concept de sentier en balcon : super roulant, invitant à la relance, quelques coups de cul, ça me redonne la banane ! Et me remotive pour monter car il n'y a toujours pas de place de bivouac...

J'opte finalement une place entre de vieux mayens inhabités et une fontaine à proximité.



Etape 5 = j'ai fait la Swiss Epic

Montée à la fraîche sur la piste, tranquille avec un petit rythme, j'ai déjà bien roulé ces derniers jours. J’ai ainsi pu profiter de la nature : vu un couple de renards et entendu un chevreuil aboyé… c’est bien de prendre son temps aussi !

Encore une de ces fameuses traversées : poussage un bon moment, mais le jeu en vaut la chandelle, la sente se transforme en un joli single au milieu des myrtilles/pins jusqu'à Moosalp !

Là, je tombe sur la Swiss Epic (rubalises, panneaux...) mais bifurque sur un incroyable single d'abord en balcon jusqu'à Läger puis descendant raide et un peu expo par endroits. le single est assez lisse, tortueux, avec de belles relances possibles en faisant attention au trou bref la descente de Embd : un régal !



Je retrouve la Swiss Epic et quelques coureurs. Ils avancent sévères ! bon on n'a pas les mêmes vélos, mais quand même ! tout ça jusqu'à Zermatt, point final...

Non, je refait le chemin inverse : il y avait de trop beaux singles ! Entre autres :

- entre Täsch et Zermatt (flowtrail bien ludique!! mais attention aux piétons !)

- sous Grächen (aussi flow trail de folie!!)

- Kalpetran>Stalden

- DH de Stalden


Bref les 37 derniers km sont globalement descendants mais avec quelques coups de cul…

J'ai échappé à l'orage, entre-aperçu le Matterhorn dans les nuages, je reviendrai pour la descente depuis Gornergrat !


60 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page